E. Renaux

Hors les cours BLOG

Framework d’Architecture d’entreprise TOGAF

without comments

[Q. Despierre, F. Onimus, P. Gaudel – Fi 13]

C’est une méthodologie destinée à créer une architecture d’entreprise dans le but d’améliorer les performances lors d’évolution informatique au sein d’une entreprise

L’ADM (Architecture Development Method) représente le cycle de développement de la méthodologie TOGAF. Elle est composée de 9 étapes.


Historique

On peut voir que TOGAF apparaît pour la première fois en 1995, et qu’il est toujours utilisé aujourd’hui, avec la version 9.1.

Structure

Le Framework proposé par TOGAF repose sur quatre couches :

  • Architecture métier : description de la stratégie métier et des processus métier supportant les objectifs

  • Architecture des données : définition de la structure de stockage des données logiques et physiques et des ressources de gestion des données,

  • Architecture applicative : description des applications incluant leurs interactions avec les processus cœur de métier de l’organisation

  • Architecture technique : description de l’infrastructure du middleware, des réseaux,… supportant le déploiement des services métier, données et applications.

ADM

Chaque phase est divisée en étapes. Des livrables sont générés tout au long du processus, mais le livrable d’une phase peut être modifié dans une phase ultérieure. C’est donc itératif et incrémental.

  • La 1ère catégorie est composée de la phase préliminaire (Preliminary Phase) étant donné qu’elle ne rentre pas directement en compte dans le cycle à proprement parler de TOGAF, elle sera prise en compte et définira les bases

  • La 2ème catégorie est celle du développement des architectures (phases A, B, C, D et H)

  • La 3ème catégorie regroupe les phases E, F et G et tout ce qui est extérieur aux architectures qui ont été vues.

  • Toutes ces phases s’articulent autour des besoins du client.

Les phases de l’ADM

    Phase préliminaire

Cette phase met en place le contexte organisationnel, les parties prenants permettant de créer l’architecture d’entreprise. L’étape principale est de définir et établir l’équipe ainsi que l’organisation de l’architecture d’entreprise.

    Phase A : Architecture Vision

Cette phase permet de définir ce qui est dans et hors du champs d’application de l’effort d’architecture et les contraintes qui doivent être traitées. Les étapes principales sont :

– identifier les parties prenantes, les préoccupations et les besoins métiers

– définir les indicateurs de performance clé

– identifier les risques des transformations métier

    Phase B : Business Architecture

Elle va permettre de créer l’architecture métier, qui précède au travail d’architecture des autres domaines. L’étape principale est de sélectionner les modèles de référence, point de vue et outils.

    Phase C : Information Systems Architecture

Cette phase se décompose en deux sous parties : la partie données et la partie applications. Cette phase va permettre de définir les principaux types de données qui seront nécessaires pour soutenir l’activité métier en cours. Elle va aussi définir les systèmes applicatifs principaux. Les étapes principales sont :

– selectionner les modèles de référence, les points de vue et outils

– résoudre les impacts possibles sur l’ensemble des architectures

    Phase D : Technology Architecture

Elle cherche à définir des relations entre les composants applicatifs définis dans la phase C. L’étape principale est de développer une description de l’architecture technique de base et de l’architecture cible.

    Phase E : Opportunities and Solutions

La phase E est directement concernée par la façon dont sera mise en place l’architecture cible. Ses étapes principales sont :

– déterminer et confirmer les changements des attributs clés de l’entreprise

– consolider les besoins d’inter-opérabilité

    Phase F : Migration Planning

Cette phase correspond à la mise en place d’un plan détaillé d’exécution et de migration. Elle va aussi servir à mettre au point la vision d’architecture ainsi que les documents qui définissent l’architecture en conformité avec l’approche convenue. Les étapes principales sont:

– hiérarchiser les projets de migration à travers la conduite d’une évaluation des coûts/bénéfices et valider les risques.

– générer la feuille de route de la mise en oeuvre de l’architecture et du plan de migration.

    Phase G : Implementation

La phase G a pour but de formuler des recommandations pour chaque implémentation de projets. Elle permet de rassembler toute les informations sur la bonne gestion des différents projets opérationnels.

    Phase H : Architecture Change Management

Cette phase sert principalement à s’assurer que les architectures de base continuent à être adaptées aux besoins. Elle peut être à l’origine d’un nouveau cycle d’architecture.

Applications

Limites

TOGAF reste difficile à mettre en place au sein des PME au vu de la complexité de la méthode et du niveau d’implication des acteurs qui doivent intervenir.

Le cœur de TOGAF (ADM) contient des procès, termes et descriptions en forme textuelles mais pas de schémas ou diagrammes, qui sont normalement privilégiés par les architectes quand il s’agit de parler au client.

Etant un « Framework » générique, il demande un travail d’adaptation important.

Une autre limitation est constituée par le manque d’intégration entre les différents domaines architecturaux.

Comparaison avec d’autres FW

Zachman

TOGAF

Urbanisation

Stratégie de l’entreprise ++Le but est d’aligner les exigences de la stratégie dans l’ensemble des processus de l’entreprise ++La démarche exige de commencer l’analyse par la stratégie de l’entreprise. +-Bien que décrite comme une méthodologie top-down, l’utilisation de l’urbanisation est appliquée pour établir la cohérence des processus du SI et établir des cartographies applicatives.
Meta-modèle ++Meta-Modèle très exhaustif (abordant tous les sujets et niveaux de l’entreprise), mais n’est pas formellement décrit +-Méta-modèle simple et formalisé –Proposition d’un modèle générique, définition peu formalisée
Process step-by-step –Aucun document n’est disponible ++Description exhaustive comment créer l’architecture step-by-step à travers l’ADM +-Description simplifiée des actions à réaliser
Référentiel –aucun ++L’entreprise continuum défini la sémantique de référence à utiliser –Se base sur des études de cas et la sémantique est peu précise et très métaphorique
Architecture cible/Change management –il est possible de modéliser l’architecture cible mais il n’y a pas de guide pour la transition ++Guidelines pour la planification de la migration vers la cible et le change management –Bien que l’objectif soit d’amener plus de cohérence dans leSI, il n’y a pas de démarche formalisée pour atteindre la cible
Périmètre ++Une description très exhaustive de l’entreprise est prise en compte ++Elle prend en compte les 4 niveaux d’abstraction : métier, fonctionnel, applicatif et technique +-Bien que par principe, elle prend en compte les mêmes 4 niveaux, les urbanistes se concentrent sur les 3 premiers et sont souvent peu impliquées dans la stratégie et l’organisation globale de l’entreprise
Source +- Le Framework graphique est facilement accessible, mais le détail explicatif est réservé aux membres. ++Une documentation exhaustive est disponible sur le web : TOGAF 9.0 +- Les informations sont accessibles à travers des livres. L’accès aux détails des informations est limité aux membres du club urba-ea. Mais ce club publie des livres explicitant des cas concrets.
Complexité d’utilisation –Il est nécessaire d’être certifié afin de comprendre correctement l’utilisation du Framework. –Vue l’exhaustivité de la documentation, la certification est également nécessaire. ++La non-standardisation de l’urbanisation donne un champ assez libre sur son utilisation. Elle est ainsi plus facile à mettre en place.

Conclusion

L’Enterprise Architecture”, et notamment TOGAF, sert de point de départ pour mettre en place des développements en entreprise basés sur une analyse des processus de l’entreprise.

TOGAF offre un cadre de travail complet couvrant tout le cycle de vie de l’EA.

La performance d’une EA peut être évaluée au regard de sa capacité à rendre l’entreprise réactive tout en optimisant les coûts de transformation et de gestion des opérations.

Written by Elèves de CASI

septembre 27th, 2012 at 1:26

Posted in CASI'12

Tagged with ,